Menu

Marie Rose Moro
marie rose Moro
Psychiatre, Professeur des Universités
Directrice de la maison des adolescents de Solenn, Hôpital Cochin
 


Rédigé par Marie Rose Moro le Mercredi 30 Août 2017


Le terrorisme a touché cette fois les Ramblas de Barcelone et la petite station balnéaire de la Costa Dorada, Cambrils. La réaction a été unanime en Espagne et parmi la communauté cosmopolite de Barcelone : « Nous n’avons pas peur ! ». Ou plus exactement, même si nous avons eu peur, nous allons continuer à vivre notre modèle de vie et à le développer. J’ai été frappée par un commentaire entendu à propos de ceux qui ont perpétré ces horribles attentats : « Ils sont venus à l’Islam en même temps qu’ils sont venus à la violence » telle était la conclusion de l’enquête sur place dans cette bourgade catalane tranquille où vivaient plusieurs d’entre eux. Ceci me semble assez juste et à méditer mais si c’est a posteriori !  

Barcelone (Catalogne, Espagne)

Rédigé par Marie Rose Moro le Vendredi 11 Août 2017


Eclats de rire, MR Moro 2017
Eclats de rire, MR Moro 2017
Est ce qu’on choisit un homme pour la vie ? Avant c’était différent dit la plus enjouée. Ma mère a connu un seul homme, mon père, elle s’est mariée avec lui et vit encore avec lui. Moi, j’en suis à mon troisième et j’ai moins de trente ans. Si j’avais du vivre avec mon premier novio (fiancé) cela aurait été dommage ! C’était un typique malagueño de la rue (habitant de Malaga), un bruto (ce qui signifie à la fois quelqu’un d’un peu brut mais aussi rustre et simple). Mon fiancé actuel est plus doux. Il a une maison à la montagne, la sierra, et l’appartement dans lequel il vit à Malaga. Tiene mas salero ! Littéralement, il a plus de sel. Le mot salero est un de mes mots préférés en castillan, parfaitement intraduisible dans sa force, c’est un mot qui va droit au but. Avoir du sel c’est une grande qualité dans la vie et pas seulement malagueña. La jeune femme et sa tante se lèvent et laissent leur place à deux jeunes mamans de Malaga qui s’assoient avec une jolie petite fille prénommée Carmen toute potelée et qui mange trop : si tu continues dit la mère, je vais t’abandonner dans un supermarché…. Que de bêtises dites par les adultes aux enfants !        

Malaga (Andalousie, Espagne)

Rédigé par Marie Rose Moro le Mercredi 2 Août 2017


Un de mes amis m’a raconté une histoire qui m’a émerveillée. Il a fait récemment un film au Tibet où il a rencontré et filmé un transporteur de verres dans la montagne. Il achète les verres dans des villages du bas où on les souffle et les vend dans les villages du haut. Ces verres sont précieux car rares et fragiles et utilisés par les familles pour les grandes occasions. Il les transporte par milliers à dos d’homme, il tire une charrette avec sa seule force et ne les casse jamais ou presque. Il les transporte comme des objets sacrés. Il se souvient de chaque verre cassé dans sa vie professionnelle, neufs verres cassés, pas un de plus. Il se souvient du lieu exact et des circonstances qui ont abouti à cette catastrophe : casser un précieux verre. Je suis toujours très touchée par ces compétences souvent méconnues de ces personnes qui se battent au quotidien pour que le monde soit meilleur, plus beau, ces vies minuscules comme les appellent Pierre Pichon, minuscules mais extraordinaires. Merci au vendeur de verres et merci à celui qui l'a filmé.

Rédigé par Marie Rose Moro le Lundi 24 Juillet 2017


Simone Veil, on vous aime, comme l’a dit élégamment Jean d’Ormesson lors de votre entrée à l’Académie française. La revue L'autre (www.revuelautre.com) comme toute la France et bien au-delà aimait Simone Veil. Je l’ai croisé à plusieurs reprises et j’ai toujours été frappée par sa détermination, sa force transgressive qui contrastait avec son allure de femme « bourgeoise », sa beauté et sa grande gentillesse. Elle a répondu méthodiquement à toutes les demandes que je lui ai faites pour notre revue sauf une, elle n’a pas accepté d’être interviewée car déjà trop fatiguée par la maladie au moment où je lui ai proposé.
 
On aime toutes les facettes de cette femme, l’adolescente déportée d’Auschwitz-Birkenau qui a réussi à se battre pour sa mère, sa sœur, sa famille, les siens et tous ceux qui ont été déportés. Et lorsqu’on a connu l’horreur des camps de si près, se battre ensuite pour des valeurs positives, des valeurs de progrès, des valeurs de liberté, des valeurs de paix et de construction européenne par exemple, c’est la preuve d’une force singulière, exceptionnelle, d’une lucidité et d’une bienveillance qui redonne foi en la vie. Simone Veil incarne comme le dit le romancier Marc Dugain, des valeurs de la contre-culture née dans les années soixante, elle n’incarne pas seulement la valeur de la survie mais selon sa belle expression, celles de la « vie plus juste ».  
 
On aime bien sur la féministe qui a  été détestée pour les mêmes raisons que Simone de Beauvoir dira Elisabeth Roudinesco. Les deux Simone se sont battus pour que les femmes disposent de leurs corps, qu’elles ne meurent pas par ce qu’elles assument de vouloir ou pas un enfant, qu’elles choisissent le moment de la filiation et qu’elles exercent leur liberté. Les femmes ont un corps, une liberté, elles choisissent de faire des enfants ou pas et elles ne peuvent revenir en arrière. Elle avait un grand sens de l’histoire et considérait que le droit à l’avortement qu’elle avait défendu en 1974 n‘était pas une victoire mais un progrès. Et je suis prête à penser qu’elle pensait cela de toutes les avancées du féminisme. Ce n’était pas un féminisme de combat contre les hommes mais un féminisme de progrès pour toute l’humanité, hommes et femmes compris.
 
On aime aussi pêle-mêle son rapport à la laïcité, à la liberté, à la politique, à l’Europe, à la fraternité, à la parentalité…  
 
Nous sommes toutes des petites sœurs de Simone Veil.
 

Rédigé par Marie Rose Moro le Samedi 15 Juillet 2017


1 2 3 4 5 » ... 56
Galerie de photos
moro_zaz
Colloque_autre_dôle_2011_JAhovi_YMemi_MRMoro
lpetitjouvet_mariongery_clairemestre_moro
revuelautre
tillon_mestre_moro
MarionGery
JeanBaptisteLoubeyre
YoramMouchanik_JonathanAhovi
tahar_abbal
revuelautre
TaharAbbal


Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Marie Rose Moro dans le Portail Transculturel.eu