Menu

Marie Rose Moro
marie rose Moro
Psychiatre, Professeur des Universités
Directrice de la maison des adolescents de Solenn, Hôpital Cochin
 

Textes de recherche





Textes de recherche

La virginité, un alibi post-colonial ? 

La nouvelle d’une annulation de mariage en raison de la non-virginité de l’épouse par le tribunal de Lille, a suscité une véritable polémique ces dernières semaines en France. Nous ne nous intéresserons pas ici à la légitimité juridique d’un verdict motivé par le mensonge plutôt que par  la virginité car il a été dit tant de choses sur ce sujet qu’il ne nous parait pas utile d’en rajouter. En revanche, nous souhaitons nous arrêter sur les implications de la tempête médiatique qui a suivi afin de tenter de sortir d’un système binaire réducteur

Pour une philosophie de la relation ouverte sur le monde  

Pour adapter nos stratégies de prévention et de soins, nous sommes contraints de penser la triade bébé-mère-père, triade ouverte sur la famille et sur le monde, pour que, loin d'être un obstacle à la rencontre, elle devienne une chance de nouvelle rencontre avec ces femmes, ces hommes et leurs bébés. Il n’y a là des savoirs à réhabiliter, des rencontres à construire.

Le corps des enfants est  une fabrication psychique et culturelle 

La manière dont on pense les enfants, leurs besoins, leur développement, influence la manière dont on leur apprend aussi bien les choses de la vie que celles de l'école. Nous examinons ici différents rapports au savoir et leurs conséquences pour l'inscription des enfants à l'école. Tenir compte de cette diversité culturelle est un enjeu majeur de la médecine et de l'école d’aujourd’hui et de demain.

Les parents migrants sont aussi des bons parents… 

La culture de la parentalité est au sens des psychanalystes, des psychologues, des psychiatres ou neuropsychiatres mais aussi des philosophes , des enseignants, des éducateurs, des politiques aussi, le défi du vingt-et-unième siècle. C’est pourtant le plus vieux métier du monde, le plus universel, le plus complexe sans doute, peut-être même le plus impossible mais aussi le plus multiple.

Adieu à Germaine Tillion et Aimé Césaire 

Aimé Césaire et Germaine Tillion sont morts en ce printemps, à quelques jours d’intervalle. Si le vingt et unième siècle pouvait retenir le souvenir de ces deux grands hommes, ces géants, un « nègre » comme il aimait se définir et une « femme » ! Le premier est poète, la seconde est anthropologue, mais les deux sont du même bois : ils ont nourri leur œuvre de leur engagement et de leur compagnonnage auprès des hommes.

Le voyage est un songe : détours cliniques, anthropologiques et littéraires

Fernando Pessoa, le grand poète portugais, dit dans son Livre de l’intranquillité combien il a besoin de temps pour aller de Lisbonne à Cascaï, un joli port tout près de Lisbonne. Alors que quelques kilomètres seulement séparent Cascaï de la capitale, il pourrait mettre plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs années même pour y arriver. En effet, pour lui voyager c’est s’identifier à chacun des habitants des maisons devant lesquelles il passe, des passants qu’il rencontre et de tous ceux qu’il est susceptible de croiser

Une pratique irrespectueuse : la prise en charge transculturelle des parents migrants et de leurs enfants

La culture de la parentalité est au sens des psychanalystes, des psychologues, des psychiatres ou neuropsychiatres mais aussi des philosophes, des enseignants, des éducateurs, des politiques aussi, le défi du vingt-et-unième siècle. C’est pourtant le plus vieux métier du monde, le plus universel, le plus complexe sans doute, peut-être même le plus impossible mais aussi le plus multiple.

Entre autres. Réflexions sur l'identité

La réflexion est un phénomène diasporique. Ces mots de Jean-Paul Sartre permettent d’introduire la question de l’identité d’une manière nouvelle et en s’opposant radicalement aux pensées réactionnaires qui s’habillent de l’apparence de la modernité ou de l’authenticité. Non l’identité n’est ni biologique, ni génétique, ni donnée et innée, c’est une construction culturelle.

Pour une école maternelle qui prenne en compte la diversité des enfants

Selon un récent rapport de l’OCDE (mars 2006) les enfants de migrants accuseraient un retard scolaire moyen supérieur à deux ans par rapport à leurs pairs autochtones. Il y a là un défi à relever qui commence dés la maternelle car le rapport au savoir et aux acquisitions commence là. Une entrée en maternelle qui doit se faire pour les enfants de migrants comme pour les autres à 3 ans et pas avant.

Un nouveau dispositif d’accueil et de soins à l’école pour les adolescents d’aujourd’hui 

J’aime l’Italie, la belle et baroque Italie. J’aime aussi les rencontres que j’y fais, les idées que j’y puise et le plaisir partagé d’échanger. J’aime aussi voir comment l’Italie est en train de se transformer d’un pays qui « fabriquait » des migrants pour le monde entier, combien de Little Italy sont nées ici et là, à un pays qui les accueille.

Marie Rose Moro




Dans la même rubrique :

Les axes de recherches - 05/07/2008


Galerie de photos
omarndiaye_fann2012_moro
AmaliniSimon
ChristianLachal
HeloiseMarichez
mestre_moro_ottino_geneve
MRMoro_VIny
cesaire_asensi_moro
revuelautre
tillon_moro
Colloque_autre_dôle_2011_JAhovi_YMemi_MRMoro
revuelautre


Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Marie Rose Moro dans le Portail Transculturel.eu