Menu

Marie Rose Moro
marie rose Moro
Psychiatre, Professeur des Universités
Directrice de la maison des adolescents de Solenn, Hôpital Cochin
 

Oser s’engager





Parfois, après une consultation particulièrement difficile avec un homme ou une femme migrante qui vient consulter pour son adolescent ou son enfant et qui parle de son exil comme d’une errance, je pense aux mots du penseur arabe du Xème siècle, le grand al-Tawhîdî que m’a fait connaître un ami tunisien érudit et passionné des mots et de ces questions, Najib Djaziri. Voici les mots d’al-Tawhîdî : « Tu m’as demandé de te parler de l’étranger et de ses malheurs et de te décrire l’exil et ses merveilles. Ô toi ! L’étranger est celui qui a vu se coucher le soleil et sa beauté, qui a quitté les yeux de sa bien-aimée, qui est devenu étrange dans son dire et dans son faire, dans son vêtement et ses mouvements. Ô toi ! Celui que sa description évoque un malheur au-delà de tout malheur ; celui dont le nom suggère une discorde au-delà de toute discorde ; celui qui a du mal à cacher sa vérité ; celui qui est présent dans son absence et absent dans sa présence ; qui quand tu le vois, tu ne le reconnais pas et quand tu ne le vois pas, tu ne peux l’imaginer : c’est lui l’étranger ! (…) tu vois, cet étranger est vaincu par les jours, cerné par la tristesse de toutes parts, assailli par les idées noires, plongé dans les remords, errant à travers le temps et l’espace et dans l’ensemble condamné par les lois. » Ces mots du Xème siècle semblent bien actuels… 

Paris

Marie Rose Moro




Galerie de photos
ClaireMestre
revuelautre
legion_honneur_marcellegeber_marierosemoro_072012_1
lachal_geneve_moro
heleneasensi_yorammouchenik_vivainy_bordeaux_moro copie
NoraBouaziz
JeanBaptisteLoubeyre
prthiam_prmoro_prndiaye_fann2012
revuelautre
jonathanahovi
DVersini_ECabrejo_LOuss_CLachal_Moro


Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Marie Rose Moro dans le Portail Transculturel.eu