Un être humain n’est pas un oiseau



Un être humain n’est pas un oiseau
« Un être humain n'est pas un oiseau
qui peut nicher n'importe où
Un être humain est comme une feuille
piétinée par les passants
dès qu'elle tombe du haut de sa branche »
Poème de Qanbar Ali Tabish
 
On définit l'immigration comme le fait de se déplacer d'un endroit à un autre, à la recherche de meilleures conditions de vie et de travail.
Moi, j’aimerais que le migrant soit comme un oiseau qui pourrait se sentir chez lui dans son nouvel environnement juste en faisant son nid où qu'il aille, sans être perturbé par le sentiment de la séparation, la douleur de l'éloignement par rapport à ceux qu'il aime, et par les souvenirs nostalgiques de sa terre natale.
Mais j'ai moi-même vécu l'immigration et je sais que ce n’est pas le cas.
Mon expérience personnelle m'a fait prendre conscience qu'on est obligé de redémarrer toute notre vie à zéro, exactement comme un nouveau-né tout nu et innocent. Le migrant n'est pas capable de se tenir debout car il ne connaît pas cette nouvelle culture, la langue et les codes de base pour construire sa vie. Il en est de même pour chaque migrant, quel que soit son âge, son origine, son projet de départ, et son identité.

L’accès à cette ressource est réservé aux adhérents et donateurs de l'AIEP ou aux formateurs du Centre Babel.

Un être humain n’est pas un oiseau
Rédigé le Mardi 29 Janvier 2019




- Tous droits réservés © Transculturel.eu, AIEP, Centre Babel 2016