Re/penser/panser le lien à l’école au travers d’une pédagogie transculturelle



Cet article évoque une expérience de pédagogie alternative adaptée à la situation transculturelle. Il s’étaye sur des références multiples, appartenant à plusieurs champs : la sociologie, la psychologie et l’ethnopsychanalyse. Le dispositif pédagogique vise à mettre en place des actions adaptées à notre monde contemporain pour des adolescents en milieu scolaire. Cet article fait référence à un travail d’évaluation, dans l’après-coup, des actions réalisées. Il est le fruit d’une recherche action au sein de laquelle j’ai été à la fois enseignante (discipline enseignée : anglais) et chercheur. Ce travail collaboratif a été mené avec des élèves de troisième en classe d’anglais en partenariat avec l’Association Citoyenneté Jeunesse qui est une association d’action éducative composée de médiateurs culturels au profit des jeunes de Seine-Saint-Denis.
L’école, microcosme de cette société, est aujourd’hui ébranlée par un délitement des liens. En tant qu’adultes et professionnels travaillant auprès d’enfants et d’adolescents, nous devons faire face à cette réalité non pas en la considérant comme une fatalité mais comme une évolution du monde qui nécessite de questionner, de remanier et d’inventer du lien à soi, aux autres et au monde. Les signes de déliance1 constatés chez les adolescents (l’angoisse, le refus scolaire, la peur de l’échec, etc.) doivent nous inviter à repenser l’école afin de « repanser » les liens. Parmi les problèmes que rencontrent certains enfants qui grandissent en situation transculturelle, l’école apparaît comme un lieu de désamour ayant un des impacts négatifs sur la construction identitaire (Mansouri, 2013).

L’accès à cette ressource est réservé aux adhérents et donateurs de l'AIEP ou aux formateurs du Centre Babel.

Re/penser/panser le lien à l’école au travers d’une pédagogie transculturelle
Rédigé le Lundi 11 Juin 2018




- Tous droits réservés © Transculturel.eu, AIEP, Centre Babel 2016