Menu



Suivez-nous


Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Métisse 2019



Consoler les enfants et les autres défis de notre action

Dans chaque soignant, chaque médecin, chaque personne qui s’occupe des enfants se trouvent des rêves et des chagrins d’enfance mais aussi ce besoin de consoler l’enfant qu’il fût et plus généralement, l’enfance. Certes se soucier des enfants, leur permettre un certain confort même dans la souffrance, leur éviter des violences qui trop souvent les touchent, même si on dit qu’ils sont  précieux. Mais derrière ces actes qui sont le quotidien de tous ceux qui s’occupent des enfants ou qui organisent le soin et l’accueil des enfants, il y a ce besoin de consoler les enfants qui souffrent, ceux qui pleurent, ceux qui ont peur, ceux qui ont un destin tragique. Ce besoin de consoler les enfants était pour le philosophe Marcel Conche, un signe, d’humanité, un signe de progrès de toute société, le seul qui existe vraiment et qui signe notre humanité toujours recherchée, toujours à recréer. Un impératif éthique. Dans ce numéro, nous chercherons comment consoler aussi bien dans la pratique quotidienne, dans la prévention, dans les guerres ou dans les situations où les parents et les enfants d’autres cultures nous font vivre des choses que nous ne comprenons pas. Consoler pour bientraiter, consoler pour s’opposer à la violence fondamentale faite aux enfants, consoler les enfants qui portent les traumas de leurs parents… Consoler leurs parents aussi qui les attendent ou les cherchent et qui parfois ont peur eux aussi, aussi bien pour eux que pour leurs enfants. Nous examinerons ce besoin de consolation tant symbolique que réel, tant individuel que collectif. Nous l’analyserons enfin tel qu’il s’exprime dans le récit, dans les dessins et dans toutes les productions que les enfants nous donnent à voir. Ce savoir appartient aux professionnels, aux parents, aux familles mais aussi à la société toute entière. Ce savoir appartient à la psychothérapie qu’elle soit savante ou profane. Or comme le disait le génial pédiatre et pédopsychiatre anglais, Donald Winnicott, la psychothérapie des enfants doit revenir à tous les professionnels qui s’occupent des enfants, aux parents mais aussi à la société toute entière. En aucun cas, elle doit rester confinée aux thérapeutes. Ce besoin de consolation est universel car il s’applique à tous les âges, bébés, enfants, adolescents mais, il doit s’appliquer aussi sous toutes les latitudes et dans toutes les cultures. Consoler les enfants est affaire de tous, de tous lieux et de tous temps !

Un de nos défis mais l’AIEP en a beaucoup d’autres dans toutes ces actions avec les enfants de migrants et leurs parents, avec les enfants migrants, avec tous les réfugiés et tous ceux qui traversent des langues et des mondes. Rejoignez-nous dans nos séminaires, nos actions, nos témoignages, nous
avons besoin de vous.

Marie Rose Moro
Présidente de l’AIEP
www.clinique-transculturelle.org


Un souci particulier pour notre langue maternelle

« Ta langue n’est pas ton habit mais plutôt ta peau ! » disait Freud à Zweig (1936), ceci reste vrai aujourd’hui et sera notre devise de 2019, pour dire le souci de cette langue qui nous habite au berceau, qui nous berce et ensuite qui nous transmet le désir de langue,
de toutes les langues et le désir de l’autre. Mais, cette phrase de Freud, je la mettrais volontiers au pluriel pour dire l’importance des langues, de toutes les langues qui nous habitent et qui nous permettent d’advenir, de parler, de voyager, de soigner, d’être et
d’être reliés aux autres. C’est pourquoi cette année sera aussi celle de l’Elal d’Avicenne qui permet de valoriser toutes les langues maternelles des enfants.
Vous pouvez retrouver cet outil :  https://www.transculturel.eu/L-ELAL-d-Avicenne--
un-outil-novateur-pour-valoriser-les-langues-de-tousles-
enfants-plurilingues_a933.html
 et même vous former à l’outil si vous le souhaitez.
En 2019, L'AIEP continuera ses combats pour les migrants et leurs enfants, pour la pluralité des langues, pour l'accès aux soins de tous les migrants à la santé et aux soins psychiques. Le prochain colloque de L'autre et de l'AIEP aura lieu à Amiens sur les effets
des conflits le 24 et 25 mai 2019, vous trouverez ici le programme et vous pouvez vous inscrire dès maintenant https://www.transculturel.eu/Conflits-guerres-et-traumas-temoigner-soignerreconstruire_
a973.html

Et n'oubliez pas, l'AIEP a besoin de vous pour poursuivre ses combats et rendre le monde plus généreux et plus juste. Soutenez nous en devenant membre de l'AIEP ou en faisant un don https://www.transculturel.eu/members/abo/

Lire Métisse 2019 ; Vol. 36(1)  :
  1. Au format PDF en ligne  (Accès membres et donateurs de l'AIEP)

Sommaire (Accès membres et donateurs de l'AIEP)
  • Un nouvel outil, un nouveau regard sur les compétences langagière des enfants bilingues Marie Rose Moro
  • Bon de commande ELAL
  • 21ème Colloque de la Revue L'autre
  • Les réfugiés tamouls face aux procédures de l'OFPRA accompagnement pour des démarches administratives Sumena Tharmaratnam
  • Histoires secrètes : Les enfants juifs et l'assistance publique Isam Idris



AIEP








Liens partenaires




- Tous droits réservés © AIEP 2016