Menu

La revue L'autre consacre un numéro à la médiation transculturelle




L’autre 2020, Vol. 21, n°1 Cliquez sur l'image pour accéder au bon de commande
L’autre 2020, Vol. 21, n°1 Cliquez sur l'image pour accéder au bon de commande
Face aux crispations identitaires que l’on observe dans la plupart des sociétés occidentales, la clinique transculturelle est toujours inventive. Protection de l'enfance, école, justice, médecine... elle investit sans cesse de nouveaux espaces et expérimente de nouveaux dispositifs. Au coeur de ces nouveaux outils, la médiation transculturelle et l’interprétariat s’imposent désormais comme facilitateurs de l’intégration des populations en situation de migration.

Dans le domaine de la santé, notamment face aux maladies chroniques, les migrants sont particulièrement vulnérables et les facteurs socio-économiques ne sont pas les seuls à être en cause. En effet, pour certains patients, la situation est aggravée par les difficultés d’accès aux soins en raison des problèmes de communication tenant à la fois de l’obstacle linguistique que de la distance culturelle.


Contrairement au monde anglo-saxon voire en Europe du nord, en France, l’universalisme républicain continue de reléguer les activités liées à l’interculturel au milieu associatif ou aux initiatives individuelles, même si sur le terrain, ceux de la santé et du social en particulier, le besoin est évident. C'est ainsi, qu'à l’hôpital, on constate que les responsables préfèrent tenir une organisation « neutre » qui évite toute forme de discrimination (Soleymani 2011)  plutôt que d’organiser un management efficace des équipes permettant de mettre à profit les compétences linguistiques et culturelles de chacun.
D'autant que dans le champ de la santé par exemple, à une époque où l’hyperspécialisation des services éloigne le professionnel du contexte de vie du patient et de ses contraintes singulières,  la médiation culturelle permet de remettre la personne au centre de l’accompagnement et de la prise en charge. Et c'est là où, la médiation culturelle met en lumière et remédie à des dysfonctionnements qui sont sociétaux et qui nous concernent tous. 

 

 


A découvrir sur le site de la Revue L'autre


Une ethnolinguiste à l’Ouest ou plutôt mon amie du Sud ?

À lire, quelques extraits de l'entretien que Sybille de Pury à accordé à Lotfi Nia pour la Revue L'autre.
Lotfi Nia est interprète - médiateur au Centre Osiris à Marseille.
 

 


           









- Tous droits réservés © Centre Babel 2016