Entre deux langues



Invitation de l’interprète (extraits)1

« Los seres humanos no nacen para siempre el día en que sus madres los alumbran ; sino que la vida los obliga a parirse a si mismos una y otra vez »
Gabriel García Márquez,
El coronel no tiene quien le escriba, 1961.
« C’est des paroles que nous prononçons, de la manière dont elles nous traversent, que tout dépend. Nous sommes dans les mots ».
Valère Novarina,
Théâtre des paroles, 2007.
Dans les institutions de soin, nous avons souvent une représentation du traducteur, comme étant celui qui fait le pont entre deux langues. Cependant, il contribue à autre chose d’essentiel pour un enfant : il favorise son apprentissage de la langue du pays de naissance, et ainsi favorise le dispositif de soin. Dès lors, la question se pose : alors que je reçois une petite fille de trois ans, qui m’est présentée comme étant mutique et sa mère, arrivées récemment d’Estonie, comment aménager le dispositif des consultations psychothérapeutiques pour qu’un enfant qui vit entre deux cultures, puisse habiter la langue ?
 

L’accès à cette ressource est réservé aux adhérents et donateurs de l'AIEP ou aux formateurs du Centre Babel.

Entre deux langues
Rédigé le Lundi 11 Juin 2018




- Tous droits réservés © Transculturel.eu, AIEP, Centre Babel 2016