Menu

Marie Rose Moro
marie rose Moro
Psychiatre, Professeur des Universités
Directrice de la maison des adolescents de Solenn, Hôpital Cochin
 

On dirait déjà le Sud





Je pars à Fès au Maroc et me voilà une fois de plus dans un aéroport. J’attends, j’observe, je rêve. Et les belles paroles de la chanson de Léo Ferré « Le sud » me reviennent en mémoire tant les signes du sud s’invitent dans cet aéroport qui regarde dans cette direction. On entend parler les langues du sud de la Méditerranée. Autour de moi les voyageurs se préparent à voler pour Essaouira, Oujda, Marrakech, Alger, Sétif, Djerba et plein d’autres villes du pourtour méditerranéen. Les dames sont habillées de manières très variées et souvent très colorées ; certaines de la génération de ma mère portent des habits traditionnels et des foulards bariolés. Les accents et les langues aussi se mettent au sud. Une dame élégante, apprêtée comme une Madame Pompidou comme on dit dans ma famille pour désigner les femmes du pays qui cherchent à s’habiller comme les femmes parisiennes, arbore un superbe manteau à fourrure bleu pétrole et cherche une âme charitable, son portable à la main, pour lui prêter son téléphone. Elle n’a plus d’unité dans son téléphone recouvert d’une coque qui brille de tous ses feux et aimerait dire au revoir à sa copine ! Un monsieur bien plus âgé qu’elle sourit en regardant la scène mais lui prête nonchalamment le sien. Une autre dame discute avec son mari, elle ne veut pas manger les chips qu’il a achetées, elle préfère garder le paquet pour la famille à Sétif ! Une autre encore s’adresse à moi en arabe pour me demander de l’aider à fermer sa valise, tellement pleine qu’elle ne peut le faire seule. Elle se couche sur la valise et m’invite fermement à la fermer dans un mélange mi français mi arabe. « Tu comprends « chouilla » » dit-elle sans me laisser répondre. Je me sens utile et incluse dans le mouvement du monde qui passe, on le sait, par le sud. Une autre enfin m’offre une datte emmenée pour son voyage, elle rentre à Djerba où, dit-elle les dattes sont plus sucrées et plus douces. Le temps suspend son vol dans ce petit bout du sud entre Paris et Fès. 

Aéroport d’Orly sud, Paris

Marie Rose Moro




Galerie de photos
legion_honneur_marcellegeber_marierosemoro_072012_1
tillon_mestre_moro
colloque2010_Bordeaux_LPetitJouvet_Mestre_Moro
NoraBouaziz
babakoumare_moro_2010
cesaire_asensi_moro
jonathanahovi
MLarocheJoubert_DRezzoug
moro_zaz
prthiam_prmoro_prndiaye_fann2012
IsabelleReal


Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Marie Rose Moro dans le Portail Transculturel.eu