Menu

Marie Rose Moro
marie rose Moro
Psychiatre, Professeur des Universités
Directrice de la maison des adolescents de Solenn, Hôpital Cochin
 

Conversations dans un café à Malaga : des hommes qui ont « du sel » et une Carmen potelée





Eclats de rire, MR Moro 2017
Eclats de rire, MR Moro 2017
Est ce qu’on choisit un homme pour la vie ? Avant c’était différent dit la plus enjouée. Ma mère a connu un seul homme, mon père, elle s’est mariée avec lui et vit encore avec lui. Moi, j’en suis à mon troisième et j’ai moins de trente ans. Si j’avais du vivre avec mon premier novio (fiancé) cela aurait été dommage ! C’était un typique malagueño de la rue (habitant de Malaga), un bruto (ce qui signifie à la fois quelqu’un d’un peu brut mais aussi rustre et simple). Mon fiancé actuel est plus doux. Il a une maison à la montagne, la sierra, et l’appartement dans lequel il vit à Malaga. Tiene mas salero ! Littéralement, il a plus de sel. Le mot salero est un de mes mots préférés en castillan, parfaitement intraduisible dans sa force, c’est un mot qui va droit au but. Avoir du sel c’est une grande qualité dans la vie et pas seulement malagueña. La jeune femme et sa tante se lèvent et laissent leur place à deux jeunes mamans de Malaga qui s’assoient avec une jolie petite fille prénommée Carmen toute potelée et qui mange trop : si tu continues dit la mère, je vais t’abandonner dans un supermarché…. Que de bêtises dites par les adultes aux enfants !        

Malaga (Andalousie, Espagne)

Marie Rose Moro




Galerie de photos
AmezzianeAbdelhak
JeanBaptisteLoubeyre
mrmoro_mda_cochin_thomas_louapre_2
IsabelleReal
tillon_mestre_moro
jonathanahovi
ClaireMestre_HélèneAsensi
claudettelachal_moro_geneve
revuelautre
Theatre_idees_debat_enfancesacreeenfancesacrifiee_11072011
revuelautre


Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Marie Rose Moro dans le Portail Transculturel.eu