Menu

Opportunité du projet



Dans un contexte de migrations internationales généralisées, les professionnels médicaux et socio-éducatifs accompagnent des personnes et des familles venant d’horizons culturels différents. Pour beaucoup d’usagers, cette prise en charge ne pose pas de problème particulier.


Pour d’autres, une expérience difficile de la migration qui coupe brutalement le sujet de son monde, peut être à l’origine d’un bouleversement psychique, familial et social que majore la situation de précarité dans laquelle se trouvent souvent les familles migrantes. Ce bouleversement est source d’une vulnérabilité qui peut se manifester de diverses manières : maladie somatique, psychique ou dans le domaine de la protection de l’enfance, par des difficultés éducatives. La rencontre de ces usagers vulnérables avec des organisations professionnelles de plus en plus complexes, cloisonnées et spécialisées peut être source de malentendus et de difficultés dans la mise en place d’un projet d’accompagnement. Elle peut également générer de nombreuses discriminations.


Tout patient confronté au monde médical, notamment à celui de l’hôpital, peut se trouver, à un moment de son parcours thérapeutique, en décalage entre un discours médical très complexe et sa perception de la maladie. Pour certains patients migrants, issus d’univers culturels différents des modèles occidentaux, ce décalage peut générer des malentendus et des difficultés dans la mise en place d’un projet de soin adapté et accepté par le patient. Les participants au projet « Migrant-Friendly Hospital de l'OMS insistent sur la nécessaire ouverture des hôpitaux à la clinique transculturelle pour mieux répondre aux besoins et aux difficultés des usagers. Dans le domaine social et éducatif, notre système de protection de l’enfance est très souvent questionné sur sa capacité à accompagner les publics les plus vulnérables. De fait, on constate qu’une distance se creuse entre les professionnels intervenant dans le domaine de la protection de l’enfance et les usagers auxquels ils s’adressent. Cette distance est parfois renforcée avec certains migrants dont les manières d’agir et de penser heurtent les modèles occidentaux. Chapitre dans la continuité du précédent


Plusieurs expériences originales ont démontré la nécessité de proposer des espaces intermédiaires entre professionnels et familles impliqués, respectueux des identités respectives et favorisant le dialogue et la négociation. Les approches transculturelles ont à nouveau toute leur place, apportant le cadre théorique et les outils techniques au développement de ces nouveaux dispositifs de médiation.



           





- Tous droits réservés © Centre Babel 2016